Bilan de la semaine du 30 avril au 15 mai 2020

Suivi de l’impact économique au niveau international :

Les dernières projections de l’OMT font état d’une régression de l’activité touristique de l’ordre de 22% pour le premier trimestre 2020. Sur l’ensemble de l’année, le secteur devrait se situer entre 60% à 80% en deçà de son niveau de 2019. La totalité des destinations internationales maintiennent des restrictions et 72% appliquent, vis-à-vis des flux touristiques internationaux, une fermeture stricte de leurs frontières.

En matière de PIB, tous les pays sont entraînés dans une chute dont l’ampleur globale est encore difficile à estimer. Certains économistes prédisent une récession marquée par un recul des PIB allant jusqu’à 15%. Sur la base des chiffres connus pour le premier trimestre, le PIB a régressé de 5,2% en Espagne et de 4,8% aux USA.

Dans leurs stratégies de survie, les compagnies aériennes tentent de passer le cap en procédant à des licenciements, comme par exemple Ryanair qui prévoit 3'000 suppressions d’emplois ainsi que des réductions salariales. Les mesures de distanciation préconisées ne convainquent pas l’Association Internationale du Transport Aérien (IATA) qui craint une augmentation drastique des coûts qui serait fatale à l’industrie aérienne. Dans quelle mesure cette industrie sera transformée par la crise sanitaire ? Personne ne le sait avec certitude. Toutefois, il est intéressant de constater qu’en ayant vendu tous ses actifs dans des compagnies aériennes, le milliardaire américain Warren Buffet n’y voit plus un secteur porté par une croissance intéressante.

Suivi de l’impact économique au niveau Suisse :

Avec un plan à 65 milliards de francs, la Suisse apporte à son économie un des soutiens les plus élevés au monde. Les chiffres d’affaires du commerce de détail ont baissé de 6,2% en mars 2020. D’autre part, comme le montre le baromètre du KOF qui chute de près de 20 points, les impacts sur le marché suisse de l’emploi sont très importants.

Impact sur les clients, une envie modérée de voyager : 

Le souhait de voyager se fait sentir et des opportunités pour les voyages domestiques avec des déplacements en voiture se dessinent. Un sondage réalisé en France indique que pour les prochaines vacances d’été :

  • 38% envisagent de voyager, 11% disent rester chez eux
  • 30% envisagent d’ores et déjà des réservations
  • 80% des familles choisissent les hébergements de plein air
  • 75% favorisent les destinations balnéaires
  • 39% souhaitent rendre visite à leur famille
  • 36% veulent soutenir l’économie nationale en voyageant en France cet été
  • 87% privilégieront la voiture pour se déplacer

Toute la filière touristique travaille pour rassurer la clientèle sur les facteurs clés influençant un redémarrage du voyage – hygiène, sécurité, conditions d’annulation, information claire, choix de sites moins densément fréquentés. Une typologie des voyageurs semble se dessiner et les professionnels du tourisme adaptent leurs messages et leurs produits en fonction des trois types suivants : les accros qui voyageront dès que les restrictions seront levées, les modérés qui voyageront dans un périmètre proche de chez eux et les craintifs qui attendront encore un peu avant de voyager dans leur propre pays.
Stratégies de relance

La Commission européenne affirme qu'elle soutient les États membres dans leur lutte contre l'impact du coronavirus sur le secteur du tourisme. Les États membres de l'UE devraient garantir les bons pour les voyages annulés pendant la pandémie de coronavirus et commencer à lever les restrictions aux frontières intérieures afin de sauver une partie de la saison touristique estivale. Intitulée "L'Europe a besoin d'une pause", la stratégie de la Commission en matière de tourisme appellera à des restrictions ciblées et à une levée progressive des contrôles aux frontières intérieures. 

De son côté, le Conseil mondial du voyage et du tourisme (WTTC), qui représente le secteur privé du voyage et du tourisme international, a dévoilé une série de nouvelles mesures visant à relancer le secteur. Il s’agit à nouveau d’initiatives ayant pour objectif d’assurer la sécurité et l’hygiène et ainsi que de rassurer la clientèle.

La Sicile se lance dans une stratégie de fidélisation audacieuse. Le gouvernement régional a décidé de prendre à sa charge, pour tous les visiteurs qui viendront sur l’île après la crise sanitaire, la moitié des coûts du billet d’avion, une nuit d’hôtel ainsi que la gratuité pour de nombreuses attractions touristiques.

Dans cette période d’incertitude, la filière touristique mise sur une vision à plus long terme (3-5 ans) afin de s’adapter aux mutations sociétales. Les principales pistes explorées concernent le tourisme doux et les adaptations à apporter pour lui conférer davantage de valeur ajoutée. Plus globalement, ces stratégies s’inscrivent dans l’élan de consommation locale et de ventes directes qui semble séduire de plus en plus les consommateurs. Selon certaines prévisions, l’augmentation des productions et consommations de produits locaux et bio pourrait atteindre 30% cette année en Suisse.

Parahôtellerie

Etat des données au 05.07.2020

Détails
Booking Valais

Etat des données au 05.07.2020

Détails
Journées skieurs

Etat des données au 09.07.2020

Détails
Restauration

Etat des données au 05.07.2020

Détails
Google Trends Zermatt

Etat des données au 05.07.2020

Détails
Google Trends Verbier

Etat des données au 05.07.2020

Détails